Les chroniques économiques de Bernard Girard

9.3.10

Industrie bis…

Lorsque l'on parle d'industrie, on suscite aussitôt des réactions chez les auditeurs. J'essaie dans cette chronique de répondre à quelques objections faites à ma dernière chronique, de commenter les projets de Nicolas Sarkozy en la matière et de faire quelques propositions. A mes risques et périls.





Pour écouter cette chronique sur votre ipod , cliquer ici, pour la lire, cliquer là.

2 Comments:

  • Bonjour,
    Merci de cette nouvelle émission très intéressante. Néanmoins vous n'avez pas répondu à la majorité de mes questions. Vous avez abordé les pépinière d'entreprises mais je ne parlais pas de genre de pépinières telles qu'en France mais plutôt d'un pole de compétitivité genre silicon valley qui marche a merveille aux Etats-Unis... Pour l'investissement dans les PME, a été abordé un point nouveau (la morale) mais pas les détournement que certains en font... Je me permet donc de vous reposer ces questions. Si vous avez un peu de temps pour y répondre cela me serait agréable :

    1. Ne croyez vous pas que les services créés par les externalisations ne sont pas des emplois appauvris quand je vois que dans mon entreprise la femme de ménage a une heure pour nettoyer un étage complet de 100 personnes.

    2. Ne croyez vous pas que nous ne pouvons pas vivre que de services ?
    3. Les pays émergeants peuvent devenir des clients mais encore faut-il que nous n'ayons pas tout délocaliser. En particulier je sais que des marque de lingerie féminine de luxe françaises fabriquent en chine depuis presque 20 ans. Le luxe n'est pas suffisant.

    4. Vous dites qu'il ne faut pas investir dans la recherche ne suffit pas et que les autres pays parlent le français et ont de bonnes universités. Je peux vous dire que c'est pas vrai même si cela le sera un jour.

    5. Les transferts des cadre vers les PME n'est pas le problème tant certains cadres de grande entreprise sont tellement inadaptés a l'environnement des PME. Ne croyez-vous pas que cela passe plutôt par des système de pépinière d'entreprises aidées par l'état, les régions et des business angels ? Surtout, si un pas a été fait avec le statut d'auto-entrepreneur, il manque une réflexion globale sur la croissance des très petites entreprises. Simplifier oui, mais pas seulement les entreprises d'une personnes.

    6. L'ISF pour les PME, avez vous lu tous les détournements qui existent de cette loi sachant que finalement peu arrive vraiment en France dans nos PME.

    Cordialement
    Eugène.
    http:\\blog-economique-et-social.blogspot.com\

    By Anonymous Anonyme, at 12/03/2010 13:25  

  • Je vais donc essayer de répondre à vos questions dans l'ordre.

    - les services créés par l'externalisation sont-ils appauvris? Pas forcément. En fait, l'externalisation a dégradé considérablement les conditions de travail de certains salariés, notamment celles des personnels de nettoyage dont vous parlez. Florence Aubenas décrit très bien dans son dernier livre le mécanisme : pour s'imposer face à une concurrence très vive, les employeurs sont obligés de rogner sur les salaires et sur les temps de travail alors même que les clients sont toujours aussi exigeants. Mais dans d'autres activités, et notamment dans l'informatique, l'externalisation donne aux salariés la possibilité de se professionnaliser : ils voient plus de cas, des cas plus intéressants. On est alors dans le cadre d'une division du travail classique, telle qu'a pu la décrire Adam smith. On ne peut donc pas généraliser.
    - Pouvons nous vivre que de services? De petits pays ne vivent que de cela. Les villes dominantes des économies-monde dont parlait Braudel ne vivaient que de services. Est-ce que cela peut être étendu à un pays comme la France. Sans doute pas. Mais les notions de services et d'industrie sont des catégories statistiques à prendre avec prudence. La même femme de ménage qui occupe un emploi industriel chez Renault occupe un emploi de services chez Carrefour.
    - Des marques de lingerie fabriquent en Chine? Bien sûr. Est-ce que ce sont des marques de luxe? Je ne crois pas qu'Eres fasse fabriquer ses maillots de bain aussi loin.
    - Le luxe suffit-il? Non, bien sûr que non, mais c'est un exemple d'industrie que nous avons su conserver et appelée à une grande expansion. L'analyser est de ce fait intéressant et peut servir de modèle pour d'autres secteurs.
    - La recherche ne suffit pas? Il me semble avoir dit pourquoi dans cette seconde chronique.
    - Les universités des pays en émergence ne sont pas bonnes? Certaines le sont qui produisent des ingénieurs en grande quantité, vivier auquel il convient d'ajouter tous ceux qui sont partis faire des études en occident et qui reviennent chez eux (de plus en plus nombreux).
    - Les TPE sont le plus souvent une illusion, une manière de déguiser le chômage. Le statut d'auto-entrepreneur qui permet de ne pas facturer la TVA est surtout une manière de blanchir (de légaliser disent les artisans) le travail au noir. Très rares sont les TPE qui deviennent PME : il leur faut des capitaux, des compétences qu'elles n'ont pas. Il ne faut pas confondre TPE et entreprises naissantes.
    - Les pépinières d'entreprises? Elles permettent surtout aux entreprises naissantes de démarrer dans de meilleures conditions, mais guère plus.
    - Les cadres des grandes entreprises sont inadaptés aux PME? Peut-être, mais d'où vient leur inadaptation? De ce qu'ils ont l'habitude de travailler dans un environnement qui leur apporte des tas de service. C'est ce qu'il faut créer dans les PME pour leur permettre d'appliquer leurs compétences.
    - Les véhicules ISF sont-ils détournés? Je n'en ai pas la moindre idée et n'en connais pas de cas, mais j'imagine que cela se produit. Si vous avez des exemples, je suis preneur de l'information.

    By Blogger Bernard G, at 13/03/2010 07:43  

Enregistrer un commentaire

<< Home